Voyage

Gurué et trekking au mont Namuli du Mozambique (partie 5)

Pin
Send
Share
Send


Finalement, après quelques jours de marche, nous étions arrivés au petit village sur les pentes du sacré Namuli. Là nous avons attendu assis au retour de la personne qui devrait bénir notre montée à la montagne: La reine de la montagne (À Rainha da Montanha).

Après un peu plus d'une heure, nous l'avons vue arriver accompagnée de son mari et d'un autre homme. Elle était une reine avec un petit entourage, mais elle règne après tout. En plus, son mari portait une veste de survêtement qui me faisait penser que d'autres Espagnols avaient été là avant moi ... Ou que, ou l'Association des parcs et jardins d'Alcorcón avait envoyé des vêtements pour parrainer le roi époux.

La reine de ce village, fondée sur des bases matriarcales, était assise sur un trottoir et a commencé une fonction qui nous a fait arrêter de croire en la magie du sacré Namuli.

Nous avions porté dans les sacs à dos les présents qui nous avaient conseillé d'offrir à la reine. À savoir: 1 kilo de riz, une autre farine, un autre sucre, une autre pâte et une petite bouteille de rhum à la noix de coco (de chez nous). Après une brève présentation - à l'aide d'un interprète qui a traduit notre portugais en dialecte tribal - la reine nous a demandé ce qui nous avait amenés au Namuli. Nous avons commenté notre voyage à travers le Mozambique et comment nous avions entendu parler de Vilanculos A propos de cet endroit spécial.

La conversation a duré quelques minutes de plus jusqu'à ce que le point crucial soit arrivé. Nous avons sorti nos offrandes et la reine a automatiquement tordu le geste. Ce qu'il a le plus aimé, c'est le rhum. Nous l'avons tous bu dans des gobelets qu'il avait pris de bleu l'un de ses sujets. Après avoir bu sa tasse (dans un verre), il nous a lâchés, clair et simple et en portugais parfait, que nous devions payer 600 Meticais chacun pour qu’elle prie les dieux et que le temps soit clément quand, le lendemain matin, nous essayons de grimper au sommet du Namuli.

C'est là que tout le mysticisme que l'endroit aurait pu mettre fin.

Après un moment de discussion - nous n'avions même pas cet argent avec nous - nous avons décidé qu'ils pourraient garder leur montagne car pour nous la route avait été tellement enrichissante que gravir une montagne ne nous convenait pas vraiment. Au moins, la reine a eu le bon cœur de nous accueillir sous son toit cette nuit-là.

Nous avons marché jusqu'au quartier des maisons où se trouvait une partie de sa famille. Le roi consort, un personnage beaucoup plus gentil et plus proche que la reine, nous a prêté quelques nattes et nous nous sommes allongés tous les trois pour nous reposer à la lumière d'un soleil qui commençait enfin à perdre de la force, facilitant ainsi la vie des pauvres mortels. qui essaient de vivre dans ces zones de chaleur infernale.

Se reposer chez A Rainha

Pin
Send
Share
Send